La mort, le diable et l'enfer

Rédigé par Dillard le 07 juillet 2016 | Classé dans Evangélisation
Mots clés : aucun

L'automne c'est une bonne saison pour semer. A l'instar des paysans qui vont répandre la semence, sortons nous aussi dans les champs de mission pour répandre l'abondante semence du royaume de Dieu.L'automne c'est aussi une saison où les gens sont plus sensible au thème de la mort, du diable (halloween) et de l'enfer. 
Un évangéliste célèbre disait : Si vous ne voulez pas avoir d'impact dans l'évangélisation, ne parlez jamais du péché, de la mort, du diable et de l'enfer éternel. 
Nous avons souvent peur de choquer les gens et préfèrerions leur annoncer un évangile soft. Quelque fois dans la rue, les gens me rétorquent : le paradis ? J'en ai rien à fiche (restons polis). Mais quand je leur dis : Et si vous alliez en enfer ? En général, après cette réflexion, les gens prennent le tract. 
Le monde a besoin de notre compassion, mais aussi de notre courage pour leur annoncer la vérité. 
Je passais un jour dans une rue, un homme était sur une échelle , occupé à peindre un mur. Je lui dis : Ca vous dérange, si je vous pose 3 petites questions ? Allez-y me dit il. Cet homme ne croyait ni en Dieu, ni au diable (comme beaucoup). Après mon petit questionnaire, je lui dit très calmement: Merci monsieur d'avoir répondu à mes questions, je voulais simplement vous dire pour terminer, que si vous êtes toujours dans cet état d'esprit quand vous mourrez, vous irez en enfer. 
Il me répond en plaisantant : Il fera plus chaud. Je continue ma mission à travers les rues de la bourgade, et par hasard, 15 minutes après, je repasse dans la même ruelle. Le peintre était rentré à l'intérieur de la maison avec les autres ouvriers. Il ne criait pas , il hurlait : l'enfer ça existe pas, il est complètement fou ce mec ! Il était hors de lui. Apparemment le message ne lui avait fait ni chaud ni froid, mais en realité l'impact était considérable. 
Une autre fois, j'étais allé avec un ami dans un foyer laïc de jeunes travailleurs, distribuer des invitations pour aller voir un film à l'église. C'était le samedi après midi, les jeunes étaient dans une décontraction totale, buvant leurs bières et jouant au poker. Notre invitation à l'église tombait un peu comme un cheveu sur la soupe . Notre distibution était acceuillie par beaucoup de plaisanteries. Soudain, une Sainte Onction tomba sur moi, et campé au milieu de la salle, je me mis à prêcher sur le jugement et l'enfer éternel. Tous avaient arrêté de boire et de jouer, on aurait entendu une mouche voler. A la fin de mon exhortation, plusieurs se sont levés, sont venus vers moi en me pressant et me disant : Faut revenir nous parler, on a besoin d'entendre des choses comme ça.
Si certains ont besoin de consolation , beaucoup de nos concitoyens en France ont davantage besoin d'entendre un message radical. Il nous faut du courage pour l'annoncer. Le Seigneur nous promet des bénédictions à son service, mais aussi des persécutions. L'apôtre Paul nous dit d'ailleurs que celui qui voudra vivre pieusement sera persécuté .La persécution est donc le signe de notre piété. Pour éviter la persécution et le rejet des gens, nous préférons parfois apporter un évangile consensuel, qui ne sauve personne. Je ne dis pas qu'il faut aller comme certains, crier dans les métros et insulter les gens, non, mais apportons leur avec l'Onction du Saint Esprit, le vrai message du salut. Avant de considérer les intêrets des hommes, considérons d'avord l'intêret de Dieu.Jésus n'est pas venu sur la terre pour faire une promenade de santé, il est venir subir le châtiment que nous méritons tous.
Il y a dans nos pays occidentaux une absence totale de crainte de Dieu et une sainte colère doit nous saisir pour aller confronter ce monde moqueur, blasphémateur et rebelle à Dieu. Les témoins de Jéhovah sont rejetés peut être à cause de leur doctrine, mais surtout je crois parce qu'ils viennent réveiller chez les gens la notion de Dieu. Quand quelqu'un vous dit : je suis athée, cela veut dire Dieu, je ne veux rien avoir à faire avec lui. Une femme qui se disait athée me dit : je ne veux pas débattre avec vous. Je lui répond : vous ne pourriez pas. D'ailleurs Jésus ne nous a pas envoyer discuter et débattre avec les gens, mais annoncer la bonne nouvelle du salut. Dans notre société, Jésus est méprisé, humilions, sortons donc en portant fièrement sur nous ce mépris et cette humiliation, c'est notre richesse.
Hébreux 13, 13 nous dit : Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre.
L'opprobre du Christ sur nous a plus de valeur que tous les trésors de la terre.
He 11:24 C'est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d'être appelé fils de la fille de Pharaon, 11:25 aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d'avoir pour un temps la jouissance du péché, 11:26 regardant l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l'Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.
C'est notre gloire d'être rejeté à cause de notre appartenance à Christ
1Pierre 4:14 Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous.
Nous sommes pas masochistes, mais nous aimons notre Jésus et voulons crier partout qu'Il a plus de valeur que tous les trésors de la terre.
Marc Dillard
L'automne c'est une bonne saison pour semer. A l'instar des paysans qui vont répandre la semence, sortons nous aussi dans les champs de mission pour répandre l'abondante semence du royaume de Dieu.L'automne c'est aussi une saison où les gens sont plus sensible au thème de la mort, du diable (halloween) et de l'enfer. 
Un évangéliste célèbre disait : Si vous ne voulez pas avoir d'impact dans l'évangélisation, ne parlez jamais du péché, de la mort, du diable et de l'enfer éternel. 
Nous avons souvent peur de choquer les gens et préfèrerions leur annoncer un évangile soft. Quelque fois dans la rue, les gens me rétorquent : le paradis ? J'en ai rien à fiche (restons polis). Mais quand je leur dis : Et si vous alliez en enfer ? En général, après cette réflexion, les gens prennent le tract. 
Le monde a besoin de notre compassion, mais aussi de notre courage pour leur annoncer la vérité. 
Je passais un jour dans une rue, un homme était sur une échelle , occupé à peindre un mur. Je lui dis : Ca vous dérange, si je vous pose 3 petites questions ? Allez-y me dit il. Cet homme ne croyait ni en Dieu, ni au diable (comme beaucoup). Après mon petit questionnaire, je lui dit très calmement: Merci monsieur d'avoir répondu à mes questions, je voulais simplement vous dire pour terminer, que si vous êtes toujours dans cet état d'esprit quand vous mourrez, vous irez en enfer. 
Il me répond en plaisantant : Il fera plus chaud. Je continue ma mission à travers les rues de la bourgade, et par hasard, 15 minutes après, je repasse dans la même ruelle. Le peintre était rentré à l'intérieur de la maison avec les autres ouvriers. Il ne criait pas , il hurlait : l'enfer ça existe pas, il est complètement fou ce mec ! Il était hors de lui. Apparemment le message ne lui avait fait ni chaud ni froid, mais en realité l'impact était considérable. 
Une autre fois, j'étais allé avec un ami dans un foyer laïc de jeunes travailleurs, distribuer des invitations pour aller voir un film à l'église. C'était le samedi après midi, les jeunes étaient dans une décontraction totale, buvant leurs bières et jouant au poker. Notre invitation à l'église tombait un peu comme un cheveu sur la soupe . Notre distibution était acceuillie par beaucoup de plaisanteries. Soudain, une Sainte Onction tomba sur moi, et campé au milieu de la salle, je me mis à prêcher sur le jugement et l'enfer éternel. Tous avaient arrêté de boire et de jouer, on aurait entendu une mouche voler. A la fin de mon exhortation, plusieurs se sont levés, sont venus vers moi en me pressant et me disant : Faut revenir nous parler, on a besoin d'entendre des choses comme ça.
Si certains ont besoin de consolation , beaucoup de nos concitoyens en France ont davantage besoin d'entendre un message radical. Il nous faut du courage pour l'annoncer. Le Seigneur nous promet des bénédictions à son service, mais aussi des persécutions. L'apôtre Paul nous dit d'ailleurs que celui qui voudra vivre pieusement sera persécuté .La persécution est donc le signe de notre piété. Pour éviter la persécution et le rejet des gens, nous préférons parfois apporter un évangile consensuel, qui ne sauve personne. Je ne dis pas qu'il faut aller comme certains, crier dans les métros et insulter les gens, non, mais apportons leur avec l'Onction du Saint Esprit, le vrai message du salut. Avant de considérer les intêrets des hommes, considérons d'avord l'intêret de Dieu.Jésus n'est pas venu sur la terre pour faire une promenade de santé, il est venir subir le châtiment que nous méritons tous.
Il y a dans nos pays occidentaux une absence totale de crainte de Dieu et une sainte colère doit nous saisir pour aller confronter ce monde moqueur, blasphémateur et rebelle à Dieu. Les témoins de Jéhovah sont rejetés peut être à cause de leur doctrine, mais surtout je crois parce qu'ils viennent réveiller chez les gens la notion de Dieu. Quand quelqu'un vous dit : je suis athée, cela veut dire Dieu, je ne veux rien avoir à faire avec lui. Une femme qui se disait athée me dit : je ne veux pas débattre avec vous. Je lui répond : vous ne pourriez pas. D'ailleurs Jésus ne nous a pas envoyer discuter et débattre avec les gens, mais annoncer la bonne nouvelle du salut. Dans notre société, Jésus est méprisé, humilions, sortons donc en portant fièrement sur nous ce mépris et cette humiliation, c'est notre richesse.
Hébreux 13, 13 nous dit : Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre.
L'opprobre du Christ sur nous a plus de valeur que tous les trésors de la terre.
He 11:24 C'est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d'être appelé fils de la fille de Pharaon, 11:25 aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d'avoir pour un temps la jouissance du péché, 11:26 regardant l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l'Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.
C'est notre gloire d'être rejeté à cause de notre appartenance à Christ
1Pierre 4:14 Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous.
Nous sommes pas masochistes, mais nous aimons notre Jésus et voulons crier partout qu'Il a plus de valeur que tous les trésors de la terre.
Marc Dillard
 

 

Les commentaires sont fermés.

Qu'ils sont beaux sur les montagnes,

Les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles,

Qui publie la paix !

(Esaie 52,7)

Nouveaux articles

Camp d'évangélisation 2016

Comment prêcher sans succès

La plupart des frères