Evangélisation Ambert 11fev2021

Rédigé par Dillard le 11 février 2021 | Classé dans Evangélisation, newsletter
Mots clés : aucun

        Il est 9h30, nous sommes à Ambert, une sous-préfecture du Puy de Dôme (63) de 7000 habitants, à 530m d'altitude. Ce matin il fait froid (-1 degré) et il y a un peu de neige. En plein hiver, tout seul, dans ce contexte de pandémie, évangéliser dans les rues relève du défi. Mais on ne va pas se plaindre, certains chrétiens dans le monde le font dans des circonstances beaucoup plus difficiles. Je dis tout ça, parce que plusieurs personnes s'étonnent de nous voir continuer à évangéliser dans ces circonstances. Mais si vous vous promenez un peu dans les villes, sur les marchés, vous pourrez voir que malgré la pandémie, beaucoup de gens sortent et beaucoup se regroupent pour parler ensemble, avec ou sans masque. Alors si les gens du monde se rencontrent pour parler, nous les chrétiens, nous pouvons bien sortir à leur rencontre pour les évangéliser. Ne nous laissons pas baillonner par la peur et par le diable qui veulent nous retenir enfermés chez nous. La peur doit changer de camp !
Je n'écris pas le récit de cette évangélisation pour me mettre en avant, je le fait parce que le Seigneur m'a dit de le faire pour encourager tous les frères et soeurs à le faire aussi. Yes we can !
 
                 Pour l'instant, peu de monde dans les rues. Je croise un jeune homme, la trentaine, il n'a pas de masque (moi j'en porte un pour me faire tout à tous). Il répond à mes deux questions (Etes-vous croyant ? Si vous mouriez aujourd'hui êtes-vous sûr d'aller au paradis ?) Ce gars est non croyant et la deuxième question me permet de lui annoncer directement et très rapidement l'évangile. A l'instant où j'évoque la mort, il sort son masque et le met tant bien que mal. Il m'écoute, il n'est pas prêt pour prier, mais il accepte mon tract "Et après" ainsi que mon petit livret "ils sont revenus pour nous le dire". Je continue ma route.
       Je croise deux agents immobiliers qui fument une cigarette devant leur agence. Je leur pose mes 2 questions, l'un est croyant, l'autre non. Je leur annonce l'évangile, ils m'écoutent, mais le client qu'ils attendaient arrive et ils arrêtent la conversation pour s'occuper de lui. Qu'importe ! j'ai reconnu le plus vieux, celui qui se disait croyant et je lui avait déjà donné un livret de témoignage un mois avant.
 
        J'arrive devant la cathédrale et je me dirige vers un monsieur africain qui sort de l'église. Je l'aborde pour lui demander s'il est croyant. Un peu surpris, il me répond qu'il est le prêtre de la paroisse. Il me dit qu'il est sûr d'aller au paradis. Je lui annonce quand même l'évangile et c'est là qu'il commence à contester, quand je lui parle du corps qui retombe en poussière et de l'esprit qui va vers Dieu (Ecclésiaste 7 v12.9) avant que la poussière retourne à la terre, comme elle y était, et que l'esprit retourne à Dieu qui l'a donné. Il me dit, il ne faut pas prendre la Bible à la lettre et commence à me raconter une histoire d'épicerie à laquelle je n'ai rien compris. Je vois qu'il veut partir, il est mal à l'aise et n'accepte rien de ma part. En partant je lui dis : il ne faut pas suivre une tradition qui contredit la Bible et qui vous amènera en enfer. Je continue ma route.
 
                                        Les gens font la queue pour avoir un café. Je parle à un homme d'origine étrangère. Il m'écoute, il écoute l'évangile et semble très attentif quand je lui explique comment être sauvé (voir le tract). Je lui explique que Dieu lui demande 2 choses : se repentir de ses péchés, et croire en Jésus le Fils de Dieu et le suivre. Il me dit : non, moi je suis musulman. Je lui explique que Dieu ne lui demande pas de se convertir à une religion, mais à Jésus. Il n'accepte pas mon tract et s'en va. Je lui dis que je prierai pour lui, il me dit : je prie pour moi cela suffit. Je lui réponds qu'on a tous besoin des prières des autres, il ne faut pas être orgueilleux. Il reste perplexe à m'observer, je vais parler à d'autres.
 
        Un homme qui faisait la queue et qui avait tout entendu, me dit qu'il n'était pas croyant, mais accepte volontiers mon tract.
Je croise ensuite un monsieur de 70 ans environ, chapeauté, masqué, marquant ses distances. Croyant sans plus, un peu craintif, il écoute l'évangile jusqu'au bout, il  accepte mon tract et s'en va !
 
        Un peu plus loin, une dame attend à un croisement de rues. Je lui parle et son mari vient la rejoindre. Elle est non croyante, son mari l'a été, mais ne l'est plus, déçu des mensonges de la religion. Il me dit qu'il avait cru que Dieu était amour ! Il l'est lui dis-je, il l'a prouvé en montant sur la croix pour recevoir le châtiment que vous méritez à cause de vos péchés. Les 2 deviennent plus ouverts, ils acceptent mon tract et le livret de témoignage et me remercient.
 
      En face, il y avait un monsieur qui attendait devant une boutique un peu bizarre. Je l'aborde et lui annonce l'évangile. Pendant que je lui parle, je regarde ses yeux et je vois qu'il se retient de pleurer. Je lui demande s'il veut croire en Jésus. Il me dit, ému, je ne peux pas vous dire oui ou non. Il faut vous décider, lui dis-je, c'est oui ou c'est non, tout le reste vient du malin. Il me répond, alors c'est oui ! Je lui donne un tract, la porte de la boutique s'ouvre et il entre.
 
      Je m'assois sur un banc, pour écrire le récit de mon reportage, un homme passe dans la rue et me salue. Du coup, on engage la conversation, et il me raconte sa vie. Il me raconte son accident, son coma, et comment il s'en est sorti grâce à un aumônier qui l'a  aidé bien mieux que le psychologue, depuis il a la foi en Jésus. Je lui donne un tract et un petit livret et je l'invite à rejoindre notre culte du dimanche.
 
       J'aborde ensuite un autre homme un peu âgé. Il écoute l'évangile, il me dit qu'il croit, que Jésus est dans son coeur. Je lui témoigne de ma conversion à Jésus et lui explique qu'à 28 ans je me suis fait baptiser par immersion pour m'engager avec Jésus. Il me dit c'est très bien, mais ne veut rien accepter de ma littérature. Puis il me pose une question, il me dit qu'il est janséniste (Port-Royal) et que pour lui il y a des gens qui ne peuvent pas être sauvés. Je lui dit que la volonté de Dieu, c'est que tous soient sauvés (1 Timothée 2,4) mais que cela dépend aussi de nous. Là, il se révolte. Nous sommes devant la maison de ses grands-parents. Il me dit, c'étaient des gens exemplaires, ils ont caché des juifs pendant la guerre et ils ont été dénoncés. Ceux qui les ont dénoncé sont impardonnables, ils méritent de croupir en enfer ! Je lui réponds que s'il ne pardonne pas aux hommes leurs fautes, Dieu ne lui pardonnera pas non plus.
 
        Il me dit, tous les nazis méritent de croupir en enfer, je lui réponds qu'au procès de Nuremberg (1945) certains dignitaires nazis ont été condamné à mort. Avant d'être pendus, certains ont reçu la visite d'un aumônier, ils se sont repentis et ont cru en Jésus. Il me dit : c'est trop facile, ce n'est pas juste ! Je lui dit : dans l'évangile, il y a ces 2 récits : le premier, c'est celui du jeune homme riche qui demande à Jésus ce qu'il faut faire pour hériter la vie éternelle. Jésus répond : tu connais les commandements ? Oui, dit l'homme, je les ai pratiqués dès ma jeunesse. Jésus lui dit : il te manque encore une chose, vends tout ce que tu as et suis-moi. Ce jeune homme est reparti tout triste. C'était si choquant, que même les disciples de Jésus se sont mis à douter de leur salut et demandent : mais qui peut être sauvé ? Jésus leur dit : aux hommes c'est impossible, mais à Dieu tout est possible. Il y a un autre récit dans l'évangile. A la fin de sa vie terrestre, Jésus est crucifié entre 2 brigands. Un des brigands se moque de Jésus, mais l'autre lui dit : pourquoi ne crains-tu pas Dieu ? Pour nous, c'est justice, nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes, mais celui-ci n'a rien fait. Il se tourne alors vers Jésus et lui di t: souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ton règne ! Jésus répond : En vérité je te le dis, aujourd'hui même tu seras avec moi dans le paradis. 
 
       Voilà un paradoxe : d'un côté, quelqu'un qui fait tout ce qu'il peut pour mériter le paradis et Jésus lui dit que ce n'est pas assez. Et d'un autre côté, quelqu'un qui avait peut-être fait du mal toute sa vie, à qui Jésus dit : c'est bon pour toi. Alors pourquoi ? En réalité, le bandit a fait 2 choses suffisantes, que le jeune homme riche n'a pas faites : 1) il s'est repenti  2) il a cru que cet homme qui mourait sur la croix était le Messie, et qu'il allait revenir pour régner. Tout homme qui fait ces 2 choses a la certitude de son salut. Sur ces bonnes paroles, je laisse repartir l'homme.
 
        Un homme est devant sa porte, un original, l'air artiste. Il est souriant, un tantinet ingénu. Je lui annonce l'évangile, mais au bout d'un moment, il a l'air préoccupé par les gens qui passent. Agacé par son attitude, je lui dis, ça n'a pas l'air de vous intéresser ce que je vous dit. Il me dit, excusez-moi, si si, ça m'intéresse beaucoup. Il me pose des questions. Il est croyant mais me dit que personne ne peut être sûr de son salut. Si, moi ! Dis-je. Alors comment ? Jésus a dit : Celui qui croit en moi a la vie éternelle (Jean 6,47). Il n'a pas dit qu'il aura la vie éternelle (plus tard s'il est sage), non, il a dit qu'à partir du moment où il croit à Jésus, il a (c'est au présent) la vie éternelle. Son visage s'éclaire, il est tout content, il me serre la main pour me remercier et accepte toute ma littérature.
 
         Il est 11h30, je dois rejoindre Sylvie qui distribuait des tracts dans les boîtes aux lettres tout en abordant des gens. Devant la fameuse mairie ronde d'Ambert, j'aborde un dernier homme très affable. C'est un algérien, musulman. Je lui parle de Jésus en me servant de certains versets du Coran. Je lui parle de la Bible, de l'absolue necessité de la crucifixion de Jésus pour être sauvé, quoi qu'en dise le Coran. Je lui raconte des témoignages de musulmans qui ont rencontré Jésus. Il m'écoute très attentivement, il accepte toute ma littérature et me quitte avec un beau sourire. Super ! Elle est pas belle la vie ? 
Soyez bénis.
Marc
 

Déconfinement

Rédigé par Dillard le 13 mai 2020 | Classé dans Evangélisation
Mots clés : aucun

Chers frères et soeurs en Christ
 
 J'espère que vous allez le mieux possible, ainsi que votre famille. Cette pandémie nous a fait marquer une pause dans nos activités. C'est parfois une bonne chose. Cela nous permet de réfléchir, de chercher le conseil du Seigneur et de faire ce qu'on a jamais pris le temps de faire.
 
 Je pense à l'apôtre Paul, très actif dans l'évangélisation, qui a dû faire quelques pauses contre son gré dans les prisons. Il ne pouvait plus parcourir terres et mers pour prêcher l'évangile, alors il a dû trouver un autre moyen pour évangéliser. Il s'est mis à écrire des lettres aux églises, qui ont été et qui sont toujours en bénédiction à des millions de croyants dans le monde entier . Il n'en espérait peut-être pas tant. 
 
 Peut-être que le Seigneur lui parlait de ça depuis longtemps, mais il était trop occupé. Cette mise en pause en prison lui a permis d'obéir au Seigneur et de bénir une quantité incalculable  de chrétiens. Il était lié, mais l'annonce de l'évangile n'a pas été liée, au contraire l'évangélisation a été multipliée (c'est l'avantage de la parole écrite).
 
Souviens-toi de Jésus Christ, issu de la postérité de David, ressuscité des morts, selon mon Évangile, pour lequel je souffre jusqu'à être lié comme un malfaiteur. Mais la parole de Dieu n'est pas liée. (2 Ti 2,8-9)
 
 Cette pandémie, avec la menace de mort qui plane, a permis de faire réfléchir beaucoup de gens. Avec le dérèglement climatique on réfléchissait à la survie de la planète, mais avec le Covid 19, chacun réfléchit à sa propre survie. La mort, quand tout va bien, ça parait loin, mais quand elle frappe aveuglément autour de nous on y pense davantage.
 
 Le virus n'est pas éternel, le confinement non plus. Mais il nous faut réaliser que le monde entier est frappé par un virus beaucoup plus redoutable que le Covid 19, un virus mortel à 100% (le péché) , qui provoque non seulement la mort physique, mais surtout la perdition éternelle.
 
 Dans le monde entier nous avons pu admirer le dévouement du corps médical pour sauver les malades. Ces gens risquaient leur vie pour nous soigner, et nous les avons applaudis à juste titre. Surtout que la plupart de tous ces soignants n'avaient aucune assurance de leur salut éternel.
 
 Ce dévouement doit nous faire réfléchir. Les gouvernements, les médecins, beaucoup de gens se sont levés pour affronter cet ennemi invisible venu semer la mort. L'humanité est confrontée à un danger bien plus grand que le covid 19, le danger de sa perdition éternelle. Nous chrétiens, qui avons l'assurance de notre salut éternel, nous ne nous lèverions pas pour apporter ce salut  à tout ceux qui nous entourent !
 
 Nous allons sortir de ce confinement, la plupart des gens autour de nous ont été choqués. On se croyait tout puissants, immortels et voilà qu'un petit virus invisible met une grande partie de l'humanité par terre. Ca rend humble. Une occasion très favorable pour l'annonce de l'évangile se présente. Cela ne durera peut-être pas. Des événements difficiles se préparent pour les derniers temps, nous le savons bien. Le retour de Jésus approche. La nuit vient où personne ne pourra plus travailler. Il faut se réveiller et se préparer à agir pendant qu'il en est temps.  Ce déconfinement va nous donner une oppurtunité sans précédent pour apporter partout autour de nous le message libérateur de l'évangile de Jésus Christ.
 
 Dans cette optique, le Seigneur m'avait parlé avant l'épidémie pour organiser régulièrement des camps d'une semaine dans différents départements de France, pour apporter l'évangile du salut au plus grand nombre. Ce sera l'opération: Assaillons les villes
 
 Ce seront des mini camps  (6 ou 8 personnes maxi), des sortes d'opérations commando pour une évangélisation massive. Nous louerons un gite près d'une ville importante. Dans toutes les boites aux lettres nous mettrons le message du salut, à chaque personne que nous rencontrons et qui voudra bien nous écouter, nous annoncerons le message du salut en Jésus Christ (et prierons pour eux) et les mettrons en contact avec les églises locales, s'ils le souhaitent.
 
Si vous êtes interessés, faites vous connaitre, on vous tiendra au courant.
 
Bien fraternellement
Marc

Compte rendu du Camp 2019

Rédigé par Dillard le 17 septembre 2019 | Classé dans Evangélisation
Mots clés : camp d'évangélisation 2019

Malgré le petit nombre de participants (6)  cette année , Ce camp 2019 a été très varié et très fructueux.
Du 13 au 20 juillet nous étions logés au gite "l'Hermine" de Frissonnet (43160 Cistrières). 
 
Tout au long de la semaine nous avons eu des temps de louange et d'adoration très forts, avec les danses et les bannières. Le Dimanche, l'évangélisation a commencé sur des chapeaux de roues avec l'arrivée du tour de France le 14 juillet à Brioude. Un camion nous a même fait de la pub en lisant notre tract en entier avec son haut parleur !
 
Des personnes ont ouvert leur coeur au Seigneur. Les jours suivants (lundi 15 et mardi 16), nous sommes allés évangéliser au Puy en Velay (la capitale de la Haute Loire). Beaucoup d'âmes ont été touchées et se sont ouvertes à Jésus. On leur a parlé du baptême et mis en contact avec une église locale.
 
Le mercredi 17, nous sommes retournés à Brioude, nous avons distribués 1200 tracts et fait beaucoup de contacts fructueux.
 Le jeudi 18, changement de programme, on va sur Ambert (Puy de Dôme) pour chanter dans les rues piétonne avec la guitare, tout en distribuant des tracts. D'autres chrétiens se son joint à nous. Quelle gloire de pouvoir proclamer la Seigneurie de Jésus dans les rues. Nous avions préparée cette sortie dans le jeûne et la prière, l'opposition a été liée, merci Seigneur. 
 
Nous sommes retournés le vendredi 19 à Ambert pour profiter de notre victoire, et nous avons eu beaucoup de contacts très fructueux. Je pense à un homme que nous avons rencontré avec Sylvie Jango : un bon auvergnat rigolard, la cinquantaine, qui ne croyait en rien sinon à ce qu'il voyait. Apparemment totalement imperméable au message de l'évangile. On ne se laisse pas démonter. Au fur et à mesure de la conversation, il commence à se dévoiler et à nous raconter sa vie. Il est seul, sa femme l'a mis dehors, il n'a pas de travail, en fait il est complètement désespéré (il ne le montre pas). On lui propose de prier pour lui. Je le regarde bien dans les yeux et je prie. Pendant la prière, je vois son visage changer, des larmes couler, puis il s'écroule dans mes bras, visité par le Seigneur ! Quelle rencontre ! 
Le dernier jour, Brian revient rayonnant, il a vécu sa première guérison dans la rue. Brian à 18 ans, et vient au camp pour la troisième fois. J'ai été émerveillé des progrès qu'il a fait. Je l'écoute annoncer l'évangile à tous dans la rue. Assurance, clarté du message, joie, c'est un régal de l'écouter. Il parle sans crainte à tous, jeunes et vieux, riches et pauvres, personne seule où groupe, rien ne l'arrête. Merci Seigneur !
Chaque soir après un temps de louange, nous avions un enseignement sur l'évangélisation :
-Comment apporter le message du salut rapidement à un inconnu dans la rue
-les qualités d'une personne qui évangélise
-Comment deviens t-on disciple de Jésus
-Les doctrines (catholiques, musulmans, témoins de Jéhovah)
-la realité de l'enfer 
 
Merci Seigneur pour tous ces bon moments passés ensemble, louanges, adoration, annonce du salut, repas, baignades et partages.
Marc
 
Gisèle 
C’est avec un certain délai que je rédige le compte rendu de ce camp d’évangélisation, mais j’en garde encore en mémoire un souvenir très vivace et très frais tellement les moments vécus furent forts et intenses.
 
J’ai d’emblée apprécié l’organisation générale qui donnait un bon tempo  à l’ensemble du camp :
 
8h  : Rendez-vous pour un temps de louange et de prière afin d’ouvrir ensemble la journée avec le Seigneur. Ces temps ont contribué à former le cœur du groupe.
9h  : Départ en voiture vers le champ d’évangélisation qui variait chaque jour.
10h-12h30 Evangélisation dans les rues
13h  : Repas en commun, souvent un agréable pique nique dans un parc ombragé ou au bord de l’eau. (Les jolis coins ne manquent pas dans la région. Les températures étaient dans l’ensemble plutôt élevées.)
16h30  : Retour  au gite
16h30-18h  : temps libre
18h-20h  : Réunion pour un temps de prière et de louange, suivi d’un enseignement sur l’évangélisation.
20h  : Repas et soirée passée ensemble autour de la table, occasion de faire le bilan de la journée et d’annoncer le programme du lendemain.
22h-23h Coucher selon chacun.
Ce tempo régulier bien mené permettait à l’action d’évangélisation de se faire avec entrain et allant. J’ai vraiment beaucoup apprécié.
 
Concernant les temps d’évangélisation, je me souviens encore bien de leur déroulement  : 
 
J1  : Dimanche  : A Brioude sur le passage du tour de France  : en équipe de deux, et par rotation tantôt avec Marc, tantôt avec Sylvie,
J2  : Lundi  : Au Puy en Velay, en basse ville pour les uns, en haute ville pour les autres, par équipe de trois. 
J3  : Mardi  : Au Puy en Velay avec inversion des lieux et des équipes.
J4  : Mercredi  : Brioude  : distribution de prospectus, seul, par quartier à travers la ville.
J5  :  Jeudi  : Au marché d’Ambert, défilé ensemble dans les rues avec chants et bannières
J6  : Vendredi  :A Ambert, évangélisation sur le même terrain, 2 par 2. Choix de notre partenaire.
 
Les temps que j’ai préférés, je pense, ont été le défilé dans les rues d’Ambert, et la distribution des tracts à travers la ville de Brioude, peut être parce que j’ai l’impression que, par ces actions, nous investissons la ville de la présence du Seigneur…
Des actions d’évangélisation par deux ou trois, j’ai particulièrement aimé celles du Puy en Velay qui nous ont permis de parler à de nombreuses personnes et surtout de toucher plusieurs à Christ. Quelle joie de voir les cœurs se tourner vers le Seigneur et lui donner leur vie  !
Je me souviens encore de Patricia, de Sébastien, de Christine, de Céline, de Dorian, d’Amandine qui ont accepté de faire avec nous la prière du salut. J’ai particulièrement été touché par Sébastien qui, avec son cœur repenti, avait le profond désir de sortir de sa triste condition, par l’accueil de cette maman musulmane et sa reconnaissance lorsque nous avons prié pour elle, par la confiance d’Amandine qui a tout de suite dit «  Oui  » à Jésus. Et puis c’est beau de voir les visages changer et s’illuminer de la joie et de la paix du Seigneur.
 
Pour terminer, je veux remercier Marc pour son bel enthousiasme et sa capacité à nous entrainer à une évangélisation efficace. Il ne se relâche pas, c’est un modèle extraordinaire et très motivant. Avec Sylvie, il forme un couple exemplaire. 
 
La vie du groupe - dommage un peu restreint- a été saine, détendue, agréable.
 
Je rapporte de ce camp une expérience vivante et fructueuse d’évangélisation de rues et la motivation de continuer et de transmettre ce que j’ai reçu aux membres de mon assemblée, du côté de Chartres.
 
Gloire au Seigneur et toute ma reconnaissance encore à Marc et Sylvie pour leur accueil simple et chaleureux. 
 
Michael
 
Grands moments passés en Juillet avec le charmant couple Marc et Dillard qui ont tout sur place pour accueillir  des disciples qui ont envie de s'affranchir de toutes leurs peurs restantes pour aller témoigner librement envers leur prochain.
 
Ce qui m'intéressait en particulier en me rapprochant de l'Auvergne où est située l'association, c'était un:  de me familiariser à un contexte plus 'villageois', deux, de finir de m'affranchir de toutes formes de peurs ou fantômes.
 
Les objectifs ont été atteints et au delà car on ne sait jamais à l'avance ce que le Seigneur nous réserve comme bonnes choses. J'ai connu des supers moments de grâce mais il faut juste être super motivé. Plus on brûle pour connecter avec les gens, plus le Seigneur est avec nous. Et là, on n'est pas déçu.
 
Le tout est est de ne pas se tromper soi même en pensant venir pour des vacances car cela n'en est pas .Par contre; il y a des supers endroits en Auvergne où on s'est reposé l'après-midi aux bords des lacs et des rivières et on s'est régalé en communion fraternelle aussi. Michael BRIDGES
 
Michael qui vous aime! 
 
Sylvie Jango
 
Je voudrais remercier le Seigneur Jésus de m'avoir dirigée cette année 2019 vers le camp d’évangélisation chez Marc et Sylvie  dillard, car c'étais une expérience unique mon Dieu, et j'ai passé des merveilleux moments d’échanges, malgré les petits couacs de la vie, qui ne manquent pas ?
 
Même dans notre propre famille on en a aussi et nul n'est parfait, sauf le seigneur, et nous devrions toujours faire avec ce que nous avons, se supporter les un les autres, même si c'est pas souvent facile !
 
 Oui pour moi, ça été merveilleux, et je pense a la joie de Michael, de Gisèle, Brian, Marc et sa femme.
Je prie que l’éternel leurs prêtent encore santé et longue vie ainsi qu'à nous tous au nom de Jésus amen.
 
 J'ai expérimenté  beaucoup de choses, sur le terrain évangélisation, différentes de mon évangélisation dans les transports en commun, métro, RER, train, rue , bus et plus. J'ai aimé les moments de louanges, adoration, les marchés, les villages, et les pique nique au bord de l'eau.
J'ai tout aimée, la joie de vivre, d’être ensemble unis entre ceux qui ont reçu un mandat de dieu, et ont tous le goût d'apprendre à avancer, visant vers le même but, qui reste la quête des âmes. On lance le filet pour les âmes du seigneur amen !
prophétesse evangéliste Sylvie Jango Sarah.
 
Brian
 
Le camp c'est très bien passé ça m'a plu et pourtant c'est mon troisième camp et je ne m'en suis pas lassé et en plus de ça j'ai prié pour quelqu'un dans la rue pour une douleur qu'il avait à sa jambe et la douleur est partie totalement gloire a Jésus pour ce miracle ! Ca a agrandi ma foi et élargi mon ministère en tant qu'évangéliste. 
Brian

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvie Dillard

Cette année l'équipe d'évangélisation a été plus restreinte que d'habitude mais composée de "vaillants héros", prêts à en découdre avec "l'ennemi de nos âmes" !
Il y a eu beaucoup de joie et d'enthousiasme parmi nous pour apporter l'Evangile dans la rue et guérir les malades, et nous avons tous progressé dans ce beau travail.
"Peut - être l'Eternel agira - t - il pour nous, car rien n'empêche l'Eternel de sauver au moyen d'un petit nombre comme d'un grand nombre !" disait Jonathan à son porteur d'armes. 
(1Sam14;6)
 
Il ya eu la rencontre avec Sébastien au Puy en Velay : ce jeune homme qui au premier contact a refusé tout dialogue, caché derrière ses lunettes noires, et puis plus tard nous apprenons que Gisèle a réussi à lui témoigner de Jésus, à prier avec lui ...et le lendemain nous le rencontrons au même endroit avec pleins de questions, d'attentes, d'espoir, ébauchant parfois un large sourire, nous prions encore pour lui, sa vie a pris un nouveau départ ! (Le lendemain il a rv avec un pasteur local).
A  Ambert c'est la rencontre avec Jean-Paul qui nous attend : un motard édenté et esseulé, éprouvé par le vie car sa femme l'a quitté...Nous lui parlons du pardon, nous prions avec lui, nous lui présentons la solution, Jésus. Il reste avec nous, tout ému, il est comme un enfant qui a trouvé la consolation, nous le bénissons et l'exhortons à suivre Jésus.
 
Le feu d'artifice de ce camp a été pour moi la sortie que nous avons faite à Ambert le jour du marché, Marc à la guitare devant avec tout le groupe chantant et proclamant le Seigneur avec nos bannières : les gens s'écartaient dans les rues étroites, quelques chrétiens en vacances (3) sont venus se joindre à nous, une musulmane avec son fils nous a filmé en souriant de joie ...Tout pour la gloire de Jésus !

La plus belle des missions

Rédigé par Dillard le 10 septembre 2019 | Classé dans Evangélisation
Mots clés : rencontrer Jésus

Chers frères et soeurs en Christ

 

Voici un flyer percutant à distribuer partout, dans toutes les mains, dans toutes les boites aux lettres de votre région . C'est aussi un excellent support pour parler directement avec les gens que vous rencontrerez, pour leur annoncer l'évangile du salut et prier pour eux.

Ce flyer "il y a 2 façons de rencontrer Dieu", je l'ai réécrit pour qu'il soit plus direct et plus percutant. Plus le message est simple, clair et court et plus il est percutant.

Vous pouvez le voir et le lire recto verso en cliquant sur le lien ci-dessous

http://evangelisetonvoisin.com/publications/tracts/a6/rencontrer.pdf

 

Quel bonheur de déambuler dans les rues des villes et des villages et de distribuer partout le plus beau et le puissant message du monde. Vous allez aussi rencontrer toutes sortes de personnes avec qui vous pourrez discuter. Et la joie du Saint Esprit va vous remplir au fur et à mesure de la marche.

Jésus nous a promis que sa Parole atteindrai son but, lui qui a dit :

Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ; qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu'il sache comment. La terre produit d'elle-même, d'abord l'herbe, puis l'épi, puis le grain tout formé dans l'épi ; et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là. Marc 4,26-29

 

Alors vous voyez, c'est gagné d'avance. Vous voulez une grande moisson, alors commencez à semer partout. Avec 1000 tracts vous atteindrez 2500 personnes, avec 10 000 tracts 25000 personnes etc....

On arrive péniblement à attirer quelques personnes à l'église dans une réunion d'évangélisation, En sortant dans les rues vous allez les toucher tous. Le Saint Esprit mettra les mots dans votre bouche. De plus, on dit que les paroles s'envolent et que les écrits restent. Surtout qu'au dos de ce tract, il y a un site internet avec beaucoup de témoignages percutant.

Ce travail est enthousiasmant, et tous les membres de l'église peuvent le faire. Disciplinez vous, sortez régulièrement toutes les semaines (le samedi est un bon jour, il y a plus de monde dans les rues), prenez un plan de votre ville ou de votre village , et parcourez toutes les rues, en mettant un tract dans toutes les boites aux lettres, dans chaque main et en engageant la conversation avec ceux qui voudront bien vous écouter. Pourquoi ne pas mettre en place ce travail dans votre église et en faire participer le plus grand nombre !

 

Vous prierez ensuite régulièrement pour tous ces gens, et vous continuerez votre évangélisation partout.

Dans une matinée, vous pouvez distribuer 300 tracts, et toucher 750 personnes à vous tout seul ! Plus que n'importe quel évangéliste de renom dans une salle en France !

 

Si vous avez acheté 10 000 tracts pour 65€, 300 tracts vous reviendrons à 1,95€ ! Ca fait pas cher pour une matinée géniale qui va porter des fruits pour l'éternité !

En plus vous allez faire une bonne marche et vous serez remplis du Saint Esprit ! Qui dit mieux ?

 

N'écoutez pas Celui qui dit : ça sert à rien (le diable) où ceux qui disent: ça produit rien (les incrédules) mais écoutez le Seigneur qui nous dit que Celui qui sème beaucoup, récolteras beaucoup.

 

Il y a bien des années, le Seigneur m'a donné un rêve : j'étais dans la rue avec mes tracts. J'allais vers chaque personne. A tous je tendais un petit tract avec le message du salut. Je voyais chaque personne prendre le tract et lire immédiatement le court message. Au départ, le visage était triste et sans espoir. Mais au fur et à mesure de la lecture, l'expression du visage changeait, la tête se redressait vers le ciel, et la joie et l'espérance inondait tous les visages.

Vous comprendrez que depuis plus de 20 ans, je n'ai pas cessé de faire ce travail.

 

Quelle va être votre réponse à ce message que Dieu vous adresse aujourd'hui. Allez vous continuez votre chemin sans y faire attention, ou au contraire saisir cette vision, la mettre en pratique  et la communiquer partout autour de vous.

Une bonne nouvelle , ça se partage partout.

Pour se procurer ces tracts en couleurs, tous les renseignements sont sur le site

(nous sommes une association et nous ne faisons aucun bénéfice)

Bien fraternellement en Christ

Marc Dillard

http://evangelisetonvoisin.com

Viens à Jésus ou viens à l'église ?

Rédigé par Dillard le 11 février 2019 | Classé dans Evangélisation
Mots clés : évangélisation, prosélytisme

J'étais invité un samedi dans une église pour une journée d'évangélisation. Le matin nous avions une formation théorique, et l'après midi une formation pratique 2 par 2 dans les rues. 
 
Le pasteur de cette église m'a proposé de sortir avec moi pour voir comment je procédais. Dans la rue, j'abordai une jeune homme assis sur un banc. Je lui annonçai le salut en Jésus Christ. Il était ouvert et à écouté attentivement tout ce que je lui disais. Je lui ai ensuite demandé s'il voulait croire en Jésus et le suivre, il a accepté. J'ai fait ensuite avec lui en prière.
Saisissant l'occasion le pasteur lui a présenté son église et les différentes heures de réunions. Le jeune homme fut quelque peu choqué qu'on lui mette ainsi le grappin dessus. Il voulait bien croire en Jésus, mais il n'était pas prêt à assister à toutes les réunions de l'église. Il s'est levé et s'est presque enfui.
 
Le sens de mon propos était : Viens à Jésus ! Le sens du propos du pasteur était : viens à l'église. Ce jeune homme était prêt à venir à Jésus, mais il n'était pas prêt à venir à l'église. 
 
Cette différence est très importante. Avant de pouvoir devenir un disciple engagé dans une église locale, il faut d'abord rencontrer Jésus. Si le message que vous apportez à quelqu'un dans la rue, c'est : viens dans mon église ! la personne que vous avez en face de vous pensera que vous faites du racolage ou du prosélytisme et que vous voulez absolument l'amener dans votre église. Elle pensera que vous cherchez votre intérêt. Elle fuira.
Mais si au contraire votre message est de lui apporter le salut en Jésus Christ, elle comprendra que vous voulez lui apporter quelque chose qu'elle n'a pas et que vous cherchez son intérêt et pas le vôtre.
 
Si notre message est : viens faire partie de notre groupe, c'est le même message que la plupart des religions et des sectes. Les témoins de Jéhovah cherchent à faire de vous un témoins de Jéhovah. Peu importe votre intérêt, ils cherchent à faire grossir la salle du royaume. C'est ce qu'on appelle du prosélytisme. Les pharisiens agissaient comme cela et Jésus les a condamnés :Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte ; et, quand il l'est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous.Matthieu 23:15 
 
Dans l'ancien temps les catholiques convertissaient les gens de force pour assoir un peu plus leur pouvoir. Il ne se souciait pas de l'intérêt des âmes mais travaillaient pour leur gloire. Les gens devenaient catholiques par force, mais ne rencontraient pas Jésus. 
La seule véritable motivation pour annoncer l'évangile, c'est l'amour de Jésus.
 
Car l'amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts ; et qu'il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair ; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière. Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu !  2 Co 5,14-20
 
Chez nous aussi, les évangéliques on a parfois cette démarche. Notre propos c'est viens dans notre église. C'est ainsi que beaucoup de gens ont été amenés à l'église, ils la fréquentent, mais ils n'ont jamais été amenés à Christ. Certains se font baptiser, mais leurs vies ne changent pas, ils ont été convertis à une religion, mais pas à Christ.
 
Si le but de nos évangélisations c'est faire grossir l'église pour notre propre gloire, nous emploierons tous les moyens pour attirer le maximum de gens dans nos églises. La plupart du temps ce sera avec des moyens charnels. Les gens viendront grossir les rangs de l'église, ils se feront même baptiser, mais ils n'auront pas fait de rencontre déterminante avec Jésus. Si vous n'avez pas rencontré Jésus, vous ne pouvez pas devenir son disciple. Vous serez tout au plus membre et adepte d'une église. Vous serez un chrétien charnel avec des besoins charnels. Et pour vous garder dans son église, le pasteur sera obliger de modifier son message pour pouvoir à vos besoins charnels. L'église deviendra un club, avec des activités pour la faire vivre. Mais il n'y aura pas la vie de l'Esprit.
 
Evangéliser c'est avant tout répondre au besoin essentiel de toute personne, qui est de recevoir la vie éternelle en Christ. Evangéliser, c'est faire comprendre à chaque personne qu'elle a désespérément besoin de Christ et de sa vie en elle. Elle doit rencontrer Christ.
C'est aussi pour cela que Jésus a pourvu l'église de plusieurs ministères. Le pasteur s'occupe des âmes que Jésus lui a confié, et montre l'exemple au troupeau. L'évangéliste communique à l'église le fardeau des âmes perdues et les moyens pour aller les chercher. Ces ministères sont complémentaires et doivent travailler ensemble. Ils ne sont pas là pour enfermer les âmes mais pour les équiper et les faire sortir afin d'accomplir leurs ministères.
 
Si vous évangélisez avec le but d'amener le maximum de gens à l'église, votre mission sera détournée et vous manquerez le véritable but. Le véritable but c'est de rencontrer Christ.La mission c'est d'oeuvrer pour que les gens rencontrent Christ.
Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Jean 17:3 
Tant que quelqu'un n'a pas véritablement rencontré Christ, il ne peut devenir son disciple. Mais quand on a rencontré Jésus, les choses sont plus facile après.
 
Quand j'ai rencontré Jésus, j'ai fréquenté un petit groupe de prière. Dans ce petit groupe, peu de gens avaient le souci d'annoncer Christ autour d'eux. Sans que personne ne me l'ai enseigné , j'ai commençé à le faire tout autour de moi. Comme la femme samaritaine qui rencontre le Messie, quand vous rencontrez réellement Jésus, il faut que vous alliez le dire à tout le monde. C'est quelque chose que vous comprenez immédiatement.
 
Toutes les personnes a qui on annoncera l'évangile ne vont pas se convertir immédiatement. Mais la parole que vous allez annoncer seras comme une semence dans leurs vies. Et cette semence, Jésus a promis qu'elle aboutira.
 Il dit encore: Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ; qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu'il sache comment. La terre produit d'elle-même, d'abord l'herbe, puis l'épi, puis le grain tout formé dans l'épi ; et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là. Marc 4,26-29
Marc Dillard
 

Fil Rss des articles de cette catégorie

page 1 sur 3 suivante »

Qu'ils sont beaux sur les montagnes,

Les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles,

Qui publie la paix !

(Esaie 52,7)

Nouveaux articles

Evangélisation Ambert 11fev2021

Camp 2020

Déconfinement !

camp d'évangélisation 2019

La plus belle des missions

Viens à l'église ou viens à Jésus ?

Camp d'évangélisation 2018

Viens évangéliser avec nous Le Puy 15 fev 2018

Camp d'évangélisation 2017

la semence et la moisson

La plupart des frères